le Gabon en musique

Publié le par aurelia lotz

La musique gabonaise fait entièrement parti de la culture du pays. Elle imprègne aussi  bien la vie profane que religieuse des gabonais.

La musique traditionnelle

La musique traditionnelle gabonaise est aussi variée que la multiplicité des rites qu’elle célèbre et fait partie de la vie quotidienne des gabonais. Elle les accompagne ainsi dans les travaux des champs, les rites profanes, les veillées. La musique est guidée par quatre grands groupes d’instrument. Mais le Tam-tam reste l’instrument le plus répandu dans le pays car à la base de la musique gabonaise traditionnelle  il y d’abord et surtout le rythme.

Dans la musique traditionnelle, les paroles sont déterminantes au delà du rythme. C’est avec la voix que le chanteur manifeste tous ses sentiments et sa poésie.

La musique moderne gabonaise

Les contacts entre musique de l’occident et musique traditionnelle spécifiquement africaine - bantoue en particulier - ont mené à l’éclosion et au développement de nouvelles formes qu’on a qualifié de musique urbaine ou populaire, voire « musique acculturée ». Acculturée ? Car cette musique moderne s’est vue dépossédée de saveur originelle au vue que l’orchestration est dominée par des instruments typiquement occidentaux.

C’est par un retour aux sources musicales – essentiellement vocales – des peuples les plus ignorés du monde moderne que ce mariage a fait prendre conscience de la grandeur et de la force des capacités humaines dans l’expression musicale.

La musique gabonaise d’aujourd’hui

Les répertoires des musiciens gabonais sont aujourd’hui pleins de réserves à rythmes de tout genre avec une multiplicité de registres. L’instrumentation est ainsi déterminantes dans cette musique moderne sans toute fois que la voix n’est perdue sa place déterminante.

Depuis quelques années les artistes abonais sont de plus en plus acceptés par leur public mais les musique d’ailleurs dominent largement de par leur succès ce qui engendre une lourde concurrence.

L’avenir de la musique gabonaise dépend ainsi des responsables politiques gabonais et de la volonté des artistes à se doter d’un organisme indépendant.

Durant près de 50 ans, la musique gabonaise à quasimment sous exploité son héritage musical et culturel au profit de rythmes venus d'ailleurs. mais aujourd'hui elle tente de se réconsilier avec elle même et ses ancêtres.

Publié dans La culture gabonaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ISD GABON 24/07/2017 17:25

Envie de gagner de nombreux cadeaux ? C’est facile !
Participez à de courts sondages, et tentez de remporter différentes récompenses : crédit téléphone, des FCFA, et bien plus encore !
Qu’attendez-vous pour nous rejoindre ?

https://www.surveymonkey.com/r/9TFH2JQ

Pour plus d'informations, consultez notre page Facebook : https://www.facebook.com/ISD-GABON-476218482739432/

Malcuit 02/06/2010 10:37



Rémy
Boussengui
Conteur








Lorsqu’un étranger arrive au village, les habitants l’accueillent comme un roi.  “Il a tous les droits, explique le conteur Rémy Boussengui. Mais il a aussi un devoir. Un seul :  il
doit raconter une histoire..."
 Alors quand on vient  du Gabon et qu’on arrive en France, quoi de plus normal que de réunir les enfants d’ici pour leur dire comment c’est là-bas ?

Et là-bas, les animaux parlent. Il y a un lièvre et une tortue, comme dans les fables bien de chez nous, mais aussi des singes, des lions, des crocodiles, des éléphants.
Toutes ces bêtes qu’on croit sauvages et qui, en fait, sont très civilisées.
Rémy Boussengui le sait bien, qui leur prête sa voix si mélodieuse et pleine de nuances, tantôt forte, tantôt murmurée.

Le conteur joue de ses cordes vocales avec l’art du musicien. Il se sert aussi d'un arc musical dont il tire des sons étonnants, bien en harmonie avec l'univers de ses contes puisés dans la
tradition africaine.

Ajoutez un tam-tam ainsi qu’une présence fascinante, et vous aurez un spectacle total, aussi simple que dense...

(...) Vêtu de couleurs et riche d’histoires, Rémy Boussengui perpétue la tradition orale avec une culture grande comme l’Afrique. Ses contes ont la  saveur de la vie et la sagesse de la
philosophie. Pour le public, c’est un vrai bonheur de les laisser intégrer son imaginaire.
SUD ALSACE




Sommaire

Parcours    p. 2
Répertoire    p. 3
Portrait d’un conteur    p. 8
Revue de presse    p. 9
Rémy
Boussengui
Conteur


Parcours...

Après des études secondaires au Gabon, Rémy Boussengui s'intalle en France en 1972 et dans la région bordelaise en 1975.
Attiré par le chant et la musique, il fonde un groupe de musique africaine. Influencé par les courants musicaux les plus divers, il sera auteur-compositeur-interprète pendant 10 ans (de 1980 à
1990).

Baigné par les contes et les histoires entendus tout au long de son enfance passée au Gabon, lors des veillées de village, en brousse, pendant les travaux des champs, il renoue avec la tradition
familiale à partir de 1991.
Finaliste du Grand Prix des Conteurs de Chevilly-Larue en 1992, il crée et tourne ses premiers spectacles, mêlant intimement la parole, la musique et le chant.












Passages...

Rémy Boussengui se produit dans la plupart des festivals de France...
...Salon du Livre Plume Noire à la Bibliothèque Nationale de Paris, Les Arts et Récits en Isère, Festival du Conte de Lyon, de Bordeaux Saint-Michel, de Capbreton, Les Allumés du Verbe à
Bordeaux, Ribambelle de Contes à Reims, Conteur en Campagne dans le Nord-Pas-De-Calais, Festival de Conte de Belfort, Festival du Lot et Garonne, de Côte d'Or, de la Manche, Festival contes et
légendes de la Rianderie, de Roussillon, de Tarbes, de Fréjus, Festival Rapatonadas, Festival de Fresquiennes, Festival de Brest, Festival "Paroles d'hiver Alsace", Festival "Coquelicontes" ....
ainsi qu'à l'étranger (Belgique, Luxembourg, Suisse, Canada -Festival interculturel du Conte du Québec- ...)...

...et dans un très grand nombre de villes et villages.... (la liste est trop longue...!)


"La parole n'a pas de jambes, pourtant elle marche."Rémy
Boussengui
Conteur


Répertoire
Spectacles destinés à un public constitué d’enfants

L’Arbre qui parle
Thème : Histoires africaines

Véritable griot des temps modernes, Rémy Boussengui -d’origine gabonaise- conduit son auditoire sur les chemins d’une Afrique lointaine où, il y a bien longtemps, les animaux parlaient et
n’hésitaient pas à se marier avec les hommes.
Un menu alléchant, mitonné pour de jeunes oreilles : des tortues, des lièvres, des rats fouisseurs prêts à berner des animaux bien plus puissants qu’eux.
Un monde mis en mouvement par une voix aux couleurs multiples et un arc musical aux sons fascinants.

Récit et musique (arc musical et percussions) : Rémy Boussengui
Durée : 1h / Pour les enfants dès 6 ans

Répertoire
Spectacles destinés à un public constitué d’adultes et/ou d’enfants

Paroles de Baobab
Thème : Histoires africaines

Un bouquet de contes qui peuvent varier au gré de l'humeur du conteur et de la respiration du public : "A cette époque-là, l'homme et l'animal parlaient la même langue, le lion mangeait à la
table du roi, l'éléphant passait ses soirées avec les princes du royaume... "

Ils ont aimé...
(...) Conteur généreux et de belle prestance, Rémy Boussengui a eu l’art de faire entrer immédiatement les enfants dans ses histoires d’animaux, à une époque où l’homme et l’animal parlent le
même langage, où le lion mange à la table du roi.
(...)Soulignant sa palabre enchanteresse des accords mélodieux de ses instruments de musique traditionnels gabonais, il n’a cessé tout au long du spectacle d’interpeller les enfants, leur
demandant leur avis sur telle ou telle chute d’une histoire, sur tel ou tel personnage.
Histoires amusantes, riches, et bien ficelées du «singe et de l’abeille», du «chasseur et de la mouche», elles sous-tendent, au-delà de la joie de vivre, des réflexions sur les différences de
culture, sur la culture africaine, sur le pouvoir, sur la transgression des règles établies, etc (...)
La Montagne

Récit et musique (arc musical et percussions) : Rémy Boussengui
Durée : 1h15 / Pour adultes et enfants dès 6 ansRémy
Boussengui
Conteur
Tate Bouka le Père
D’après ... des histoires glanées auprès du père

Dans cette création, le conte, les souvenirs, la musique s'alternent, se bousculent, s'accordent.
Tate Bouka le père, personnage central transmet sa culture, son histoire. Homme de la tradition et témoin d'une période marquante de l'histoire du Gabon, Tate Bouka le père raconte ses souvenirs
: l'initiation, passage obligé pour sortir de l'enfance, la polygamie, l'époque coloniale.
Souvenirs qui trouvent un écho dans la magie de ce conte à tiroir : l'histoire d'un jeune homme malchanceux dont le sort est transformé par la volonté des ancêtres. Il hérite alors d'une lance
magique, d'une femme-antilope qui l'obligera à devenir polygame...
Dans ce nouveau spectacle, Rémy Boussengui joue le rôle de son propre père ; ce père qui fut à la fois conteur, chanteur, orateur brillant et adepte inconditionnel de l'humour...
"Mon spectacle rend hommage à mon père. Il n'est plus depuis 1995. Je ne voulais pas l'enterrer en silence.
Mon père ne m'a pas laissé de châteaux, mais la parole qui me permet d'exister. J'ai trouvé là un moyen de lui dire au revoir."    Rémy Boussengui

Récit et musique (arc musical et percussions) : Rémy Boussengui
Mise en scène : Nadine PEREZ
Durée : 1h20 / Pour tous, dès 10 ans


Ils ont aimé...
(...) Qu’a donc à nous dire Tate Bouka ? Comment il est né, comment il est devenu un homme, le mari qu’il est, et des contes bien sûr. Tate Bouka ne sait pas quand il est né, mais il est né,
c’est le principal. De là il va naître encore, devenir un homme par des rites initiatiques, la circoncision d’abord et le mouhiri ensuite : apprendre à garder les secrets, entrer dans le monde du
silence.
Le silence justement est dans le corps de son jeu, dans le corps de son texte : c’est aussi le silence de Rémy Boussengui qui est resté derrière le rideau pour laisser parler son père. C’est ce
qui fait toute l’étrangeté et la particularité de notre position : Rémy et nous sommes les simples spectateurs de son père qui, là, au centre, sur scène, est le conteur.
La structure du spectacle se met en place, le père peut rassurer son fils (son fils conteur) et se fait notre complice : “Tu vois mon fils, ça ne sert à rien de répéter”. Il commence alors un
conte traditionnel, celui d’un jeune chasseur d’antilope, Ifoufou Yémé ; (...) son texte ciselé, les étonnantes variations de voix vont se préciser. Rémy Boussengui a une grande force poétique
dans le corps et dans l’âme. J’ai pu, par mo